MOC BW

 

Communiqué de presse

Le Mouvement ouvrier chrétien appelle à soutenir la contestation menée contre les projets du gouvernement wallon dont principalement la réforme des aides à la promotion de l’emploi (APE) et les divers autres projets impactant le secteur associatif et non marchand. Le MOC sera donc présent en force à Namur ce lundi 18 mars lors de la manifestation organisée conjointement par la CSC, la FGTB et certaines fédérations d’employeurs.

Marchandisation des services à la personne, asphyxie financière du secteur associatif et remise en cause de son autonomie d’action, réforme précipitée des aides à l’emploi… L’arsenal des mesures prises ces derniers mois par l’actuel gouvernement wallon MR/cdH met gravement en danger l’ensemble du secteur associatif. L’information et la communication approximatives autour de ces réformes, l’absence de réelle concertation et l’impression d’une attaque idéologique en règle menée contre le secteur nous interpellent profondément.

Plus concrètement, de nombreux points restent problématiques aujourd’hui. Parmi ceux-ci :

  • Le projet de décret sur le dispositif APE. Si le MOC est favorable au transfert des budgets « APE » vers les budgets des politiques « fonctionnelles », il est par contre inadmissible que la neutralité budgétaire ne soit pas assurée pour toutes les associations. Les menaces de suppression d’emplois et de diminution des subventions qui en résulte sont une source d’inquiétude majeure ;
  • Le projet d’arrêté sur un guide des dépenses éligibles pose également de nombreuses questions. Si l’objectif de contrôle du bon usage des deniers publics n’est pas à mettre en cause, il faut pointer que plusieurs dispositions prévues mèneront les structures concernées vers la faillite. Parmi eux, les 157 centres d’insertion professionnelle que compte la Wallonie.

De manière plus générale, le MOC s’étonne du processus de destruction du secteur non marchand par les partis au pouvoir. L’associatif wallon est totalement nié dans son dynamisme et son efficacité. Il est navrant de devoir rappeler qu’il est pourtant un extraordinaire vivier de bénévoles et de projets au service quotidien de la population dans des domaines aussi divers que l’insertion sociale et professionnelle, l’aide aux personnes, l’éducation permanente, l’accueil de l’enfance ou l’action sociale…Tout ce tissu, constitutif des politiques sociales et culturelles wallonnes, est donc aujourd’hui très fortement menacé. Au risque de voir disparaître de nombreuses associations si les projets de réformes devaient être entérinés tels quels.

Est-ce là la véritable volonté de ce gouvernement MR/cdH ? Est-ce ce bilan que ces deux partis souhaitent que l’on retienne de leur mandature ?

Au lieu d’agir dans la précipitation, à deux mois des élections, le MOC demande donc au gouvernement wallon:

  1. La garantie absolue d’une neutralité budgétaire pour tous dans la réforme APE ; ainsi qu’un « atterrissage » dans les politiques fonctionnelles qui ne soit pas l’occasion d’un démantèlement même partiel de celles-ci ;
  2. Le retrait des textes sur les dépenses éligibles en vue d’une réelle concertation avec le secteur.

Ariane ESTENNE
Présidente du MOC

 

20181026 Vers Avenir

Le MOC BW marque son inquiétude et est solidaire envers les journalistes de l'Avenir.

Le MOC BW soutien la presse quotidienne qui se dit démocratique et de qualité.

20181008 MOCBW Pensions Question Journal Vign

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MOCN QUADRI 300dpiL’Histoire retiendra-t-elle que ce gouvernement a sciemment envoyé des êtres humains vers la torture ?

« Si demain, on ne peut plus renvoyer quelqu'un dans un pays où la situation est pire qu'ici et où, potentiellement, on pourrait être maltraité, on ne pourra plus renvoyer personne et, de facto, on ouvrira les frontières ». Cette phrase, prononcée dimanche sur VTM par le président de la N-VA, Bart De Wever, est la dernière provocation en date de la majorité gouvernementale dans le dossier asile et migration, et en particulier dans celui qui concerne les ressortissants soudanais présents sur le territoire belge.

En tenant de tels propos, Bart de Wever légitime totalement la politique inhumaine et indigne d’un état de droit menée par le secrétaire d’État Theo Francken (N-VA). Surtout, il foule aux pieds le droit international avec un aplomb et un cynisme jamais vus. Pour rappel, la Belgique est en effet tenue de respecter l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme, imposant de ne pas renvoyer quiconque vers un pays où il court le risque de traitements inhumains et dégradants.

De plus, Bart De Wever prend encore une fois en otage l’action gouvernementale du Premier ministre Charles Michel. En effet, par ses propos, il démontre que, quoiqu’il advienne, son parti ne tiendra pas compte de l’enquête chargée de déterminer si les Soudanais renvoyés dans leur pays ont bien été maltraités ou torturés et, partant, si Theo Francken a commis une faute.

Depuis le début de la législature, le MOC n’a cessé de condamner la politique d’asile et de migration de Theo Francken et les silences complices du gouvernement fédéral. Cette fois, la coupe est pleine. À eux seuls, les mensonges de Theo Francken au Parlement devaient entraîner sa démission du gouvernement. Mais, malgré quelques voix dissonantes au sein de la majorité, le secrétaire d’État reste en place parce que sa politique est soutenue par l’ensemble du gouvernement.

Il s’agit maintenant d’interpeller Charles Michel de la manière la plus forte possible : Monsieur le Premier ministre, combien de temps encore supporterez-vous d’être mené en bateau par un secrétaire d’État, et son président de parti, qui ne comptent en aucune manière respecter le droit international ? Souhaitez-vous vraiment que l’Histoire retienne de vous que vous avez dirigé un gouvernement qui a sciemment renvoyé chez eux des êtres humains en proie à la torture ou à la maltraitance ?

Monsieur le Premier ministre, le MOC en appelle à votre humanité et à votre sens des responsabilités : le gouvernement fédéral doit repenser fondamentalement sa politique d’asile et de migration, dans le respect du droit. Theo Francken doit s’y soumettre ou démissionner de ses fonctions. La démocratie est à ce prix.

Christian KUNSCH,
Président du MOC

 

Nicolas ROELENS
Attaché de presse | Mouvement Ouvrier Chrétien | www.moc.be
Rédacteur en chef de Démocratie | www.revue-democratie.be
Tél : 02 246 38 10 | GSM : 0485 89 83 95 | Chaussée de Haecht, 579 | 1030 Schaerbeek

MOCN QUADRI 300dpi

Crise politique : le MOC veut des politiques

progressistes en Wallonie et à Bruxelles !

 

Le Mouvement ouvrier chrétien a pris acte de la décision du CDH de quitter les gouvernements régionaux et communautaires et d’appeler à la construction de majorités alternatives pour gouverner la Région wallonne, la Région de Bruxelles-Capitale et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le climat politique actuel, terni par les affaires et par un désenchantement grandissant à l’égard du travail des mandataires publics, mérite bien évidemment des réactions fermes et radicales.

Le MOC s’interroge toutefois sur la stratégie qui vise à remplacer le PS, empêtré dans des affaires de mal gouvernance, par le MR qui tant à Bruxelles (Uccle, Ville de Bruxelles) qu’à Liège (Publifin) ou au niveau fédéral (Kazakhgate) se trouve également dans la tourmente. Rappelons que le CDH lui-même n’est pas exempt de tout reproche dans différents dossiers qui concernent la gestion de l’argent public.

L’inquiétude est également grande de voir revenir au pouvoir au niveau régional et communautaire, le MR, un parti qui n’a cessé ces dernières années de construire une politique antisociale caractérisée au niveau fédéral (saut d’index, recul de l’âge de la pension, « tax shift »…)

Qu’adviendra-t-il des dossiers emblématiques comme le Pacte pour un enseignement d’Excellence, la finalisation des accords du non marchand, la réforme des allocations familiales, l’assurance autonomie ou encore une nécessaire réforme fiscale ? Qu’adviendra-t-il aussi de la résistance wallonne au CETA ?

Les enjeux de la fin de législature sont énormes dans les entités fédérées. Il est fondamental que des politiques progressistes y soient menées. Sans quoi, les perdants seront encore une fois à trouver du côté des travailleurs avec et sans emploi, des malades et des citoyens les plus fragiles.

Christian KUNSCH,

Président du MOC

a qui profite 300x157

La plateforme «Belfius est à nous» ne voit pas l’intérêt d’une introduction en bourse de Belfius

Bruxelles, 24 Janvier 2017 – 21 organisations de la société civile belge francophone et néerlandophone lancent la plateforme «Belfius est à nous», avec pour objectif principal d’attirer l’attention sur l’avenir de la banque et de plaider pour qu’elle devienne une banque à finalité sociale.

 

Lire le communiqué de presse

Lire la suite : Belfius est à nous

20160912CPpensions VignPensions : stop aux contre-vérités !


Dès ce lundi 12 septembre, le Mouvement ouvrier chrétien (MOC) lance un plan d’actions destiné à convaincre le gouvernement fédéral, les responsables politiques et les citoyens de la nécessité d’avoir un large débat public sur les pensions afin, notamment, de proposer une alternative aux mesures prises et envisagées par le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine.

En mai dernier, le Conseil politique du MOC a avalisé une position étudiée et débattue pendant de longs mois par les 5 organisations (CSC, Mutualités chrétiennes, Equipes populaires, Vie féminine et JOC) et les 9 fédérations régionales du Mouvement.

Lire la suite : Pensions : stop aux contre-vérités !

discriminationLe 21 mars 2016

Journée internationale pour l'élimination
de la discrimination raciale

Un communiqué de la Plateforme de lutte contre
le racisme et les discriminations

 

L’unité dans la lutte contre le racisme

Après plusieurs années de réflexion intense et animée, les acteurs de la lutte contre le racisme et les discriminations en Fédération Wallonie-Bruxelles ont retrouvé leur unité pour combattre la résurgence de ce fléau.

Lire la suite : Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale

Solidarité sans papiers

Le MOC doute de l'efficacité du parcours

d'intégration obligatoire

Le Mouvement ouvrier chrétien tient à faire part de son profond scepticisme après avoir effectué l'analyse du projet de décret du gouvernement wallon concernant l'intégration des personnes étrangères.

Pour rappel, celui-ci prévoit d'instaurer, en Wallonie, un parcours d'intégration complet obligatoire pour l'ensemble des primo-arrivants.

Lire la suite : Parcours d'intrégration obligatoire - Communiqué de presse

migrationL'image d'Aylan Kurdi, cet enfant de trois ans noyé sur les côtes turques est insoutenable. Tout comme celles de ces hommes et de ces femmes fuyant la guerre au péril de leur vie. Tout comme celles de ces familles dormant dans des campements de fortune en plein parc à Bruxelles.

Lire la suite : Crise des réfugiés : pour le respect du droit et de la dignité !

© 2015 MOC - Mouvement Ouvrier Chrétien du Brabant Wallon | Admin

25 Boulevard Fleur de Lys - 1400 - Nivelles - Belgique - Téléphone : 067 21 89 91